VIRTUAL ROOM

Lieu : VIRTUAL ROOM, 93 rue de Turenne (Paris 3ème), Métro Saint Sébastien Froissart

http://virtual-room.fr/

Décor Virtuel  ●●●●●

Enigmes   ●○○○○

Fouilles    ●○○○○

Difficulté  ●○○○○

Intérêt     ●●●●

Même si par son mode de réservation, son côté collaboratif, son chronomètre d’une heure et quelques mécanismes rapprochent cette expérience d’un Escape, la Virtual Room n’est pas tout à fait un Escape Game.

Il s’agit en réalité d’un monde virtuel collaboratif. C’est très difficile à décrire, pour résumer, on vous branche dans la Matrice. Vous pouvez chercher, cela n’existe nulle part ailleurs dans le monde.

Nous sommes séparés pendant une heure, chacun dans une salle vide, on vous colle un casque virtuel Occulus Rift, des capteurs, un casque audio, un micro et vous êtes plongés dans un monde vidéo ludique. Vous voyez vos mains virtuelles, vous apercevez les autres, un pas réel équivaut à un pas virtuel. Vous pouvez vous baisser, avancer, sauter, ramasser des objets, les poser, les récupérer, les donner. Difficile de décrire l’effet que cela procure, c’est incroyable.

Le but du jeu : collaborer pour sauver le monde dans des univers étranges et impressionnants, on peut même voyager d’un Univers à l’autre.

Je ne vais pas vous spoil le truc mais les lieux que vous visitez sont dignes d’un film de science fiction et d’un bon jeu vidéo. Dans chacun de ces mondes, vous devez effectuer des actions bien précises pour survivre un peu comme dans un Escape, combiner des objets, inspecter, en détruire d’autres, faire décoller une fusée, tuer un monstre avec des armes, etc.

Tout se touche, tout se déplace, tout se casse. On communique avec le micro et les casques, on s’échange des objets, on peut même se les lancer car dans certains mondes, on est situés à des endroits différents et une gravité différente est générée selon où on se trouve.

Je vous donne un exemple de scène que vous allez vivre pour vous faire comprendre le Trip. Après un voyage, vous vous retrouvez dans un décor du type Arizona, et vous entendez le bruit d’un monstre, au loin un dinosaure fonce sur le groupe. Premier réflexe on ramasse des cailloux pour les lancer, « merde, ça ne va pas suffire ». « Regarde j’ai trouvé un arc, il n’y a pas des flèches derrière toi, à tes pieds regarde, à ta droite ». « Donne tes flèches ! » Comment ça marche ce machin ? ». Intuitivement on fait fonctionner son arc comme un vrai pour faire reculer le monstre. Ça aurait été drôle de prendre une photo pendant que j’étais seul dans ma salle à mimer mon arc.

Le truc un peu flippant, c’est que lorsque vous avancez dans votre salle, vous ne voyez que votre monde virtuel et fous finissez immanquablement par vous prendre un mur, un vrai.

Il faut cinq bonnes minutes pour revenir à la réalité et on a du mal à croire qu’on est resté seul dans une salle vide pendant une heure. Lorsqu’on enlève le casque, il y a une sorte de confusion entre le monde réel et virtuel, tout paraît tout d’un coup si calme, si vide. Et pourtant je connais bien l’univers du jeu vidéo, j’avais déjà joué sur Occulus Rift mais là rien à voir, l’immersion est bien plus poussée, on est pas seul dans son jeu et on bouge dans son monde par des pas réels.

Le challenge est très simple pour des gamers ou des experts en Escape, l’expérience est essentiellement sensorielle et contemplative, prenez votre temps sinon vous resterez sur votre faim. L’expérience tient sa promesse immersive : je vous jure que vous sortez en ayant l’impression d’avoir voyagé.

L’univers a été développé pendant un an par un Studio Parisien, le concept est encore en rodage. Mais la finition est superbe, aucun bug, impossible de rester insensible à cette sensation étrange de ne plus savoir où est la différence entre le virtuel et le réel. J’en avais rêvé, ça existe déjà, bienvenus dans le futur.

Profitez que le concept ne soit pas encore connu pour trouver une place et bénéficier de l’accueil encore très intime.

IMG_3016