BRAQUAGE A LA FRANCAISE (THE GAME)

Lieu : THE GAME, 52 rue du Cardinal Lemoine (Paris 5ème), Métro Cardinal Lemoine

https://www.thegame-france.com

Décor       ●●●○○

Enigmes   ●●●●

Fouilles    ●●●○○

Difficulté  ●●●○○

Intérêt    ●●●●●

Après l’inscription nous recevons un mail d’un certain Max nous indiquant que nous allons braquer la salle des coffres d’une banque dans le 5ème. Un SMS reçu le jour-même nous met dans l’ambiance. Nous sommes accueillis par Max lui-même, c’est un amour mais il est recherché par la Police, nous acceptons de l’aider. Il nous montre le plan des lieux et nous livre quelques conseils avec beaucoup de gentillesse et de conviction. Il nous conduit jusqu’au bureau du Directeur de la Banque. C’est à nous de jouer ! Bravo pour le concepteur de ce live escape qui a su créer un scénario logique et passionnant. Le rebondissment est savoureux  : un événement nous oblige à modifier toute notre stratégie. Les énigmes sont très originales et l’ouverture des 70 coffres que l’on vide rapidement de leur contenu de billets, bijoux et lingots est tout bonnement jouissive. Le décor est réaliste mais cache beaucoup de secrets humoristiques. Mention spéciale pour la fin épique. La difficulté est bien dosée, c’est presque un sans faute pour ce live escape incontournable.

Extrait de notre aventure : « Est-ce qu’on a un code promo si on retrouve le string et le soutien-gorge ? »

MISSION IMPOSSIBLE (TEAM BREAK)

Lieu : TEAM BREAK, 17 rue des Martyrs (Paris 9ème), Métro Grands Boulevards

www.team-break.fr

Décor     ●●●○○

Enigmes  ●●●●○

Fouilles   ●●●○○

Difficulté ●●●●○

Intérêt    ●●●●●

De l’avis unanime de notre groupe, la mission impossible du Team Break est le live escape le plus immersif de Paris. Nous nous sommes donnés rendez-vous un peu avant 22h00 dans une inquiétante cours d’immeuble du 9ème. Accueil sommaire, on enfile une veste militaire, on a suivi le Chef dans un couloir très sombre, il nous donne une lampe torche, « clac » un bruit de porte, nous voilà enfermés dans le noir, le compteur se déclenche « 59:59″ ! A priori nous sommes dans une cage, il va falloir s’en échapper puis se passer la lampe de main en main pour progresser dans ce bunker et découvrir un passage secret vers une salle de commandement. Le final est extraordinaire, une ogive nucléaire à désamorcer, des fils partout, des bouquins en Russe, un dispositif de vidéosurveillance, la tension monte. Tout est plus réaliste et logique que les autres live escapes,  le scénario se comprend sans explication juste avec le décor. Le jeu est très cadenassé mais la récupération des codes est très originale, un peu de fouilles, de bricolage (pas trop quand même, j’ai essayé de bricoler l’horloge pendant 15 minutes en vain), quelques casse-têtes très bien intégrés au thème et tout ça dans un décor réussi. A essayer d’urgence !

Extrait de notre aventure : « ça fume ! Mettez les masques à gaz ! »

ATTENTAT A PALAMENTO CITY (HAPPY HOUR)

Lieu : HAPPY HOUR ESCAPE GAME, 37 rue de la Lune (Paris 2ème), Métro Bonne Nouvelle

www.happyhourescapegame.com/

Décor       ●●○○○

Enigmes  ●●●●○

Fouilles    ●●○○○

Difficulté ●●●○○

Intérêt   ●●●●○

L’appartement d’un groupe terroriste contemporain dans une ville sud-américaine sert de décors à ce live escape. Ce qui est génial ici, c’est les ouvertures à base de gadgets très originaux mais pas toujours en rapport avec le thème et l’histoire. Les mécanismes sont tellement réussis qu’on se prend vite au jeu et qu’on rit beaucoup, on découvre un passage secret superbe, quelle ingéniosité ! La difficulté est bien dosée, le jeu s’enchaine assez rapidement et on ne s’ennuie jamais. Ça reste tout de même très linéaire, l’accomplissement d’une énigme en débloque une autre, ainsi de suite. Peu de fouilles et peu de cadenas. Une barre de progression nous permet de visualiser l’accomplissement des énigmes. Le désamorcèrent d’une bombe clos le jeu, on s’échappe ensuite par une autre sortie. L’espace dans lequel on évolue est cependant assez petit et conviendra mieux à un groupe de 3 ou 4 joueurs.

Extrait de notre aventure : « Pédale ! » – « Non mais là j’en peux plus il faut qu’on se relaie » – « Mais pédale, je crois qu’il se passe quelque chose ! »

ELYSEUM (PRIZONERS)

Lieu : PRIZONERS, 15 rue Quincampoix (Paris 4ème), Métro Rambuteau

https://www.prizoners.com

Décor       ●●●●○

Enigmes   ●●●●○

Fouilles     ●○○○○

Difficulté  ●●●●●

Intérêt     ●●

Propulsés dans un centre de commandement high-tech en 2135, nous nous sommes battus contre une intelligence artificielle psychotique. Ce live escape est de loin le plus difficile que nous ayons joué mais surtout le plus original : c’est un des seuls avec « Braquage » où des évènements vont perturber votre progression (pannes, black-out, ordres donnés par l’IA sous peine d’une pénalité).  Vous serez vite perdus dans ce lieu futuriste, écrans tactiles, casque virtuel, casse-têtes coriaces, profusions de fils et de boutons. Il n’y a aucun cadenas mais des coffres à code et d’autres mécanismes très originaux. Le décor est de très bonne qualité mais Il y a peu de fouilles et d’interactivité avec les objets, les premières salles sont trop épurées. La fin du jeu est surprenante mais on regrette qu’il n’y ait pas le fameux chronomètre sur écran et qu’il ne faille pas s’échapper. Ce live escape est cependant beaucoup trop complexe et demande une équipe aguerrie. Vous risquez de ne pas aller bien loin et donc de vous ennuyer si vous n’êtes pas avec des pros du genre (c’est à dire nous qui sommes les premiers à avoir réussi ce live escape).

Extrait de notre aventure : « il y a quoi dans le casque, je peux voir ? » – « non, ça fait peur, il y a un requin qui veut te bouffer« 

ZEN ROOM (HINTHUNT)

Lieu : HintHunt, 62 rue Beaubourg (Paris 4ème), Métro Rambuteau

www.hinthunt.fr

Décor       ●●●○○

Enigmes  ●●●●○

Fouilles   ●●●●●

Difficulté ●●●●○

Intérêt    ●●●●○

Soixante minutes pour s’échapper de cet appartement japonais. L’ambiance asiatique est bien retranscrite. Le jeu n’est pas linéaire et demande une vraie organisation de l’équipe. On s’amuse à tout trifouiller, à bricoler, à analyser tout ce qu’on trouve. Une série de casse-têtes à résoudre qui sont dans le thème mais qui n’apportent rien à l’histoire. C’est le seul live escape qui demande une vraie stratégie de groupe et c’est certainement celui où il y a le plus de choses à faire et d’interaction avec les objets, j’ai adoré le coup des robots et des tables 😉 . La gestion du temps est importante, on a les yeux rivés sur le chronomètre qui défile à une vitesse dramatique. Ne faites confiance à personne, refouillez toutes les babioles que votre collègue vient de lâcher sous peine de laisser passer une clef cruciale (c’est du vécu). Vous finirez avec le sol jonché d’objets à la recherche des derniers indices. Attention, l’énigme finale permettant de déverrouiller le dernier cadenas est retorse !

PS : désolé à notre pauvre préposé Sodoku qui a loupé une bonne moitié de jeu concentré dans ses chiffres.

BASTILLE (PRIZONERS)

Lieu : PRIZONERS, 15 rue Quincampoix (Paris 4ème), Métro Rambuteau

https://www.prizoners.com

Décor        ●●●●●

Enigmes   ●●○○○

Fouilles     ●●○○○

Difficulté  ●●○○○

Intérêt     ●●

Vous allez devoir fouiller la cellule d’une prison médiévale à la recherche d’un artefact magique. Les créateurs de ce live escape ont tout misé sur le décor qui est de loin le plus surprenant que nous ayons vu dans ce type de jeu : salles voutées, barreaux, table de torture, cage, squelette, etc. On évolue dans un lieu immense sur deux niveaux, immersion garantie ! Les énigmes sont linéaires, pas très originales et plutôt simples, mais elles demandent de la coopération. On est donc tous obligés de plancher sur le même problème au même moment : classement d’évènements historiques, calcul d’âge des prisonniers, etc. Je déplore l’absence de chronomètre et une histoire incompréhensible et inutile. Je ne comprends pas pourquoi le jeu n’est pas une évasion plutôt que la recherche d’un objet dont je n’ai toujours pas compris l’utilité, surtout que le décor s’y prête. Le jeu se termine bêtement, on n’a pas l’impression de s’échapper. Je recommande toutefois fortement ce live escape pour le décor hallucinant notamment pour les débutants qui passeront une soirée formidable j’en suis certain.

Extrait de notre aventure : « je ne pense pas qu’ils nous demandent la date du sacre de Clovis, ça serait trop compliqué leurs clients ne sont pas si malins« 

VIRUS DU PROFESSEUR ZOLTAN (HAPPY HOUR)

Lieu : HAPPY HOUR ESCAPE GAME, 37 rue de la Lune (Paris 2ème), Métro Bonne Nouvelle

www.happyhourescapegame.com/

Décor       ●●●○○

Enigmes  ●●●●○

Fouilles    ●●○○○

Difficulté ●●●○○

Intérêt    ●●●○○

Habillés en blouse blanche puis enfermés dans un Laboratoire vous devrez détruire une fiole contenant un virus mortel mis au point par le professeur Zoltan. Vous devrez résoudre des énigmes originales avec certains mécanismes très ingénieux. Il y a peu de fouilles, la première salle est un peu trop vide mais tout se corse par la suite avec des jeux de miroir et de lumière savoureux. Les dernières énigmes sont déroutantes, nous cherchions bêtement une solution qui était sur nous depuis le départ (avec deux des notre bloqués sur une vieille balance et des poids à peser je ne sais quoi). Nous sommes guidés avec un écran de contrôle et une barre de progression. L’humour est omniprésent dans ce live escape, on s’amuse beaucoup. Je lui reproche cependant un manque de choses à faire notamment au début.

Extrait de notre aventure : « Fais comme sur la photo ! Il faut que tu mettes le chapeau ! »

LE BUREAU DE JAMES MURDOCK (HINTHUNT)

Lieu : HINTHUNT, 58 rue Beaubourg (Paris 4ème), Métro Rambuteau

www.hinthunt.fr  

Décor      ●○○○○

Enigmes  ●●●○○

Fouilles   ●●●●○

Difficulté ●●●

Intérêt   ●●●○○

C’est le tout premier Live Escape de Paris et c’est aussi le premier que j’ai fait, j’en garde donc le meilleur souvenir du monde. L’accueil est impeccable. On nous a enfermés dans un bureau style années 50 où un meurtre a eu lieu. Décor minimaliste (murs blancs, parquet flottant, quelques meubles). Il faut s’échapper de ce bureau en 60 minutes en découvrant l’identité du tueur. Une multitude d’objets à fouiller, du bricolage et des casse-têtes à résoudre. Un dictaphone à réactiver, un jeu de piste à la lampe noire, une clef à pêcher dans une bouteille, etc. C’est jouissif de tout retourner, démonter. Le jeu n’est pas linéaire et permet à chacun de s’amuser. La difficulté est plutôt élevée mais une aide abondante via l’écran de contrôle permet à une équipe même débutante d’en venir à bout. L’aide fait partie intégrante du jeu et s’adapte à tous les niveaux. C’est très bien rodé. Cet escape convient surtout à des débutants car il existe beaucoup mieux en terme de décor et de mécanismes d’ouverture.

Extrait de notre aventure : « Oh un flingue ! » – « tu ne vas pas tirer ? Tu es fou ? » – « je m’en fou je tire ! »

LE MYSTERE DU MANOIR (MYSTERY ESCAPE)

 

Lieu : MYSTERY ESCAPE, 50 rue Monceau (Paris 8ème), Métro Courcelles

www.mysteryescape.com

Décor       ●●○○○

Enigmes   ●●●○○

Fouilles    ●●○○○

Difficulté  ●●●○○

Intérêt     ●●○○

Je suis obligé de commencer par l’accueil très moyen qui nous a été réservés, nous étions 18, nous n’avons eu droit à aucune réduction. Le tarif était prévu pour 3 salles de 5 joueurs, on nous a accepté les trois derniers joueurs avec un versement de 75 euros en liquide en supplément. Aucun geste, bref, je vais essayer de passer outre et vous parler du jeu.

Nous commençons par une vidéo de présentation de la salle qui nous met dans une ambiance glauque, une écran de contrôle avec barre de progression, jusque là c’est parfait. La première salle n’est pas trop mal décorée (la suite est assez sommaire par contre). On s’attend à une suite de quêtes étranges afin de comprendre la disparition de Marie. Son fantôme semble hanter les lieux mais il n’en est rien, il s’agit d’une suite d’énigmes intéressantes mais linéaires sans lien avec le thème. Les mécanismes manquent d’originalité, succession de clefs, cadenas et coffres. Le scénario n’a finalement pas grand intérêt, c’est dommage. Ce n’est pas un mauvais escape en soi mais nous sommes restés un peu sur notre faim. L’atout du Mystery Escape c’est surtout qu’il existe 4 salles identiques ce qui permet à des entreprises d’organiser des team building ou à un groupe de faire la compétition. C’est ce que nous avons fait d’ailleurs, nous étions dix-huit, répartis en trois groupes. Nous avons donc passé une très bonne soirée mais qui était plus liée à notre compétition interne. Le téléphone nous a bien fait marrer, dommage qu’il n’est pas suffisamment exploité. 

Extrait de notre aventure : « Allo ? Non, il n’est pas là, nous cherchons le professeur… Ah mais c’est toi ? Comment tu as eu ce numéro ? Mais qu’est ce que c’est que ce téléphone ?! » 

PRISON BREAK (X-DIMENSION)

Lieu : X DIMENSION, 18 avenue Parmentier (Paris 11ème), Métro Voltaire

www.x-dimension.fr

Décor          ●●○○○

Enigmes     ●●○○○

Fouilles       ●●○○○

Difficulté    ●○○○○

Intérêt      ●○○

Un live escape qui se veut original dans sa mise en scène mais qui est raté. Nous avons été divisés en deux groupes séparés dans deux cellules différentes, nous devions communiquer pour nous échapper avec une aide extérieur grâce à un talkie-walkie. Dans le principe ça parait très excitant mais le problème c’est qu’il n’y a pas grand-chose à faire, très peu de fouilles et quelques énigmes vite résolues. Il y a quelques mécanismes d’ouverture originaux qui changent des fameux cadenas qu’on retrouve à toutes les sauces dans les autres live escape, un final très amusant mais c’est tout. On aurait pu boucler ce live escape en 15 minutes si nous n’avions pas butté sur une énigme qui n’a pas tellement de sens. Le décor est trop minimaliste et il y a trop de peu de choses à faire lorsqu’on est entre habitués. Par contre je dois reconnaître qu’il s’agit d’un vrai jeu d’évasion contrairement à d’autres Escapes qui sont tournés vers l’enquête.

PS : avis aux concepteurs, pourquoi vous ne nous faites pas tous passer par le couloir final, c’est le plus rigolo de votre jeu ?